5 tendances du métavers pour le futur

tendance-metavers-futur-data-lama
Image élaborée par vectorpocket sur Freepik

Depuis que Facebook s’est rebaptisé Meta en 2022, l’intérêt pour le métavers a considérablement grandi. Pourtant, ni l’appellation ni l’idée n’est nouvelle. En 1992, l’auteur de science-fiction Neal Stephenson avait appelé métavers un monde virtuel totalement dystopique dans son roman intitulé Snow Crash. Aujourd’hui, on voit le métavers sous un jour bien plus lumineux bien sûr, en envisageant que les espaces immersifs en 3D pourront générer de nouvelles expériences et répondre à des besoins réels.

Pour certains experts, le métavers serait même LE futur d’Internet ; pour d’autres, il n’est qu’une tendance sans avenir qui risque d’engouffrer des quantités immenses d’argent et de temps. L’entreprise Meta aurait d’ailleurs investi 14 milliards de dollars dans son projet de métavers jusqu’à présente, sans obtenir pour l’instant de retour sur investissement…

Mais que l’on soit optimiste ou pessimiste concernant le futur du métavers, on a généralement soif de savoir ce qu’il peut bien nous réserver pour l’avenir. C’est pour cela qu’à Data Lama, nous sommes allés étudier les écrits des experts et gourous du web (voir les références en fin d’article) pour vous livrer 5 tendances du métavers pour le futur.

 Et cela promet !

Une nouvelle ère pour le marketing numérique

Le métavers sera tout d’abord une plateforme pour le marketing du futur. Un nombre croissant d’entreprises viendra prochainement se créer un espace virtuel à sa mesure, une sorte de «jumeau numérique», pour y faire la démonstration de ses produits, services et innovations. 

On le voit déjà aujourd’hui, les géants de la finance comme JP Morgan et HSBC ont d’ores et déjà un pied dans la réalité virtuelle, et des marques comme BMW, Nike et Gucci ont préparé leur stratégie de métavers. D’ailleurs, même un cabinet de conseil comme Accenture a développé récemment un environnement immersif appelé The Nth Floor qui est une réplique de ses bureaux physiques et vise à accueillir les nouvelles recrues.

De tels développements nous indiquent que le métavers du futur sera certainement un monde laissant libre cours aux annonces publicitaires et placements de produits. Avec le système des monnaies virtuelles (chaque métavers aura la sienne), vous pourrez vous procurer un ensemble d’items sur lesquels vous exercerez une propriété (grâce aux NFT) et que vous pourrez transférer d’un monde virtuel à un autre. 

L’interopérabilité des items entre métavers est encore un défi aujourd’hui, mais dans le futur elle sera monnaie courante !

Des espaces d'apprentissage et de simulation

On l’a vu avec la pandémie de COVID-19, une grande partie des activités pédagogiques et andragogiques (pour les adultes) peut être déplacée vers des espaces virtuels. À présent, nous pourrions envisager un nouveau saut technologique, en passant des vidéo-conférences standards sur Zoom et Teams à une immersion dans un métavers éducatif.

Tous les signes nous montrent que c’est une prédiction réaliste pour le futur de la réalité virtuelle. En effet, l’une des plateformes de jeu en ligne les plus populaires auprès des jeunes, Minecraft, dispose déjà d’un environnement dédié à l’apprentissage à distance. Qui plus est, les analyses des experts de l’EdTech (le secteur des technologies éducatives), démontrent que la part du marché de l’éducation en ligne devrait atteindre près de 200 milliards de dollars en 2030, et la réalité virtuelle ou augmentée y occupera une part de lion.

Finalement, la plupart des organisations pourront bâtir sur le métavers des espaces de simulation pour favoriser la formation en continu. On l’a appris récemment, à Mexico comme dans d’autres métropoles, la police s’est déjà dotée d’un métavers pour favoriser la préparation du corps policier aux interventions de routine et d’urgence. Dans le domaine militaire ou de l’aéronautique, la simulation en immersion existe déjà depuis de nombreuses années. A quand un entraînement à la profession d’infirmière ou à la médecine dans un monde totalement immersif ? 

Des avatars personnalisés et transférables

Lorsque l’entreprise Meta a présenté le premier modèle de ses avatars en 3D, nombre de voix se sont élevées pour les ridiculiser, tant ils manquaient de raffinement et de réalisme. Pour tout vous dire, ils n’avaient même pas de jambes mais pouvaient tout de même marcher ! Par la suite, l’entreprise a effectué quelques ajustements, mais on ne peut pas dire que le graphisme de ce métavers arrive à un niveau de perfection tel qu’espéré.

Au contraire, d’autres concepteurs de réalité virtuelle ont pris au sérieux l’attente exprimée par les utilisateurs de pouvoir personnaliser leur avatar en 3D pour qu’ils viennent correspondre à leurs attentes et leurs souhaits en matière de forme corporelle, de couleur de peau, d’accessoires, etc. Les options semblent ainsi infinies dans des métavers tels que celui des jeux vidéo Grand Theft Auto et Second Life. Il est fort probable que dans un futur proche, les avatars pourront même adopter nos gestes et postures uniques, en leur fournissant des photos et vidéos de nous-mêmes…

Qui plus est, les utilisateurs s’attendent aujourd’hui à pouvoir transporter leur avatar d’un univers virtuel à un autre. Cela est maintenant possible et pourra se généraliser grâce aux avancées permises par de nouvelles technologies telles que Ready Player Me et Zepeto. Celles-ci nous permettent de créer des avatars hautement personnalisés qui peuvent être intégrés à plusieurs plateformes virtuelles plutôt qu’à une seule. 

Des robots, des robots et des humains

Le métavers, bien sûr, ce n’est pas seulement un lieu peuplé d’avatars contrôlés par nous, les humains. C’est aussi un regroupement de personnages virtuels animés par l’intelligence artificielle. Dans le monde des jeux vidéo, on les appelle les NPC ou Non-Player Characters. Typiquement, ils sont programmés pour répondre à des stimuli, effectuer des tâches précises ou suivre des routines dans le monde virtuel de manière à le rendre plus vivant, interactif et potentiellement imprévisible. 

Avec les avancées considérables de l’IA au cours des dernières années, les avatars autonomes promettent de nous surprendre grandement. En février 2023, Aftermath Islands, un monde virtuel composé d’îles et de communautés thématiques très réalistes, a annoncé le lancement de nouveaux NPC alimentés par ChatGPT, l’application de robot conversationnel développée par Open AI. Ceci signifie que ces nouveaux avatars sont capables de développer des conversations totalement autonomes avec les joueurs humains et de s’investir dans des interactions beaucoup plus réalistes et complexes que dans le passé.

Une telle innovation implique très concrètement que le métavers du futur comprendra un nombre considérable de robots dont les caractéristiques les rendront difficilement différentiables des avatars animés par des humains. Il faudra alors se demander : comment pourrons-nous vraiment savoir avec qui au juste nous interagissons ? 

Un métavers décentralisé avec Web3 et les NFT

L’une des formes possibles que revêtira le métavers dans le futur sera peut-être celle d’un univers décentralisé. Selon les partisans du web3 et de la technologie des chaînes de blocs (blockchains), l’Internet de demain sera hors du contrôle des entreprises mondiales, qui n’auront plus le pouvoir de filtrer les contenus en ligne ou d’exclure des utilisateurs.

Cette vision s’est construite autour des plateformes de métavers décentralisées telles que The Sandbox et Decentraland, qui seront à terme organisées comme des Organisations autonomes décentralisées (DAO en anglais). L’achat de droits de propriété donnera aux individus leur mot à dire sur la manière dont l’organisation est gérée, ce qui pourrait bien conduire à l’établissement d’un nouveau type de démocraties virtuelles fondées sur le pouvoir distribué entre les membres d’une communauté.

Les NFT ou Non-Fongible Tokens sont un autre élément central du métavers décentralisé. Ce sont des jetons uniques qui reposent sur des chaînes de blocs et peuvent être utilisés pour tracer et rendre uniques des biens ou des produits en ligne. Des marques telles que Nike, Adidas et Forever 21 ont utilisé cette technologie pour créer des biens numériques pouvant être portés, échangés et affichés par leurs propriétaires dans le métavers. Une autre marque de chaussures, Clarks, a récemment dévoilé un tournoi en ligne utilisant la plateforme Roblox où les utilisateurs peuvent gagner des biens virtuels uniques.

La vision utopique d’un métavers dans lequel le pouvoir est décentralisé et appartient à la communauté est en contradiction avec la perspective promue par des entreprises comme Meta et Microsoft, qui visent à construire des univers numériques propriétaires. Nul ne sait vraiment quelle forme prendra finalement le métavers du futur car la compétition est rude entre les visions récurrentes mais, pour sûr, 2023 nous réserve son lot de surprises et de nouveautés !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Dernières publications

Obrigado por entrar em contato conosco! Em breve entraremos em contato.

Um erro aconteceu

Usamos apenas suas informações pra entrar em contato contigo e nada mais.